Maman passa donc cette nuit-là dans ma chambre…

Capture d’écran 2014-11-13 à 12.54.32

Ma mère, monsieur le directeur, pense que je suis un idiot à vouloir réaliser un rêve vain,

Vain à ses yeux, bien sûr. De retour à la maison, immanquablement, elle m’inondera

Du velours suave de la culpabilité. Dans ses discours, elle mettra comme à son habitude,

Beaucoup de rondeurs pour en atténuer la violence, mais surtout me convaincre

D’abandonner illico ce projet, et puis, si je voulais faire quelque chose

Pour occuper mon temps, je pourrai toujours prendre des cours de piano,

Qu’on pourrait même en acheter un pour la bonne cause et ainsi

Calmer mon souhait de venir travailler auprès de vous.

Maman passa donc cette nuit-là dans ma chambre, mes parents cédèrent à mon acte insensé

En m’offrant le plus beau cadeau qu’on pouvait me faire.

À la vérité, j’étais un enfant très sensible, peut-être même étais-je malade.

Je ne m’explique toujours pas la décision de mon père à accorder du répit à l’angoisse

De son fils et à autoriser Françoise à mettre un lit dans ma chambre pour maman.

Mon chéri, avant de t’engager en tant qu’avocat dans son cabinet, il aura besoin

De te voir personnellement afin de pouvoir te juger et aussi te questionner

Très sérieusement pour se forger une opinion. Après leur mariage,

Je pense qu’il serait raisonnable de ma part de ne pas vivre avec eux.

Tu trouveras peut-être curieux cette décision de vieille femme, mais que veux-tu,

Je préfère garder mon indépendance. Bien sûr, lui par politesse me proposera de partager

Leur maison, mais moi, j’ai trop peur de les déranger, surtout s’il y a des conflits

Comme dans tous couples… Ce qui m’importe vois-tu, c’est de voir mes enfants heureux

Et casés quelque part, car vivre seul, mon Rodia, n’est pas la meilleure solution

Ni pour toi ni pour personne. Avec la grâce de Dieu, lorsque tu auras enfin été engagé par lui,

Alors nous habiterons les uns près des autres. À priori, on ira à Pétersbourg.

Il veut se marier rapidement, impatient probablement de connaître le bonheur

Avec ma petite fille, mais peut-être pas seulement pour cette raison,

Il doit y avoir autre chose, je ne sais pas quoi.

Le directeur de la banque porte tout son intérêt à savoir si j’aime ou non la musique,

Il attend ma réponse. Peut-être que pour lui, aimer les sons distrairait trop mon attention

Dans le cas où il lui viendrait l’idée d’accepter ma candidature,

Je dois donc faire un effort pour ne pas mentir et ne pas trop en dire non plus.

 Je lui dis que pour ma mère la musique est une passion,

Mais là n’est pas la question, me fit-il, vous, la musique, l’aimez-vous ou non ?

Je lui réponds être dans un état de suspicion à ce sujet. Avec ça, il a l’air rassuré,

Car pour le poste de vigile, il est préférable d’être dans cet état

Entre le doute permanent et une parano acceptable.

Patchwork (cliquez ici)

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s