Notre église…

063

Je ne m’attarderai pas à donner une description trop détaillée de notre église,

Car je sais des gens réfractaires à ce genre de littérature, alors passons ces détails…

Mme Loiseau avait à sa fenêtre des fuchsias violets, caressants,

Par endroits, le mur mitoyen à l’église. Ces fuchsias, du fait de ce contact

Avec la pierre sacrée, ne devenaient nullement pour autant plus sacrés que les autres,

Avais-je pensé un dimanche ordinaire où je n’avais rien à faire d’autre.

Alors, M’sieurs-Dames de la cour, imaginez le village tout entier en ébullition

Face à cet évènement unique dans nos régions, imaginez s’il vous plait,

Tant à l’intérieur qu’à l’extérieur de l’établissement, le nombre inimaginable

De ces hommes, femmes et enfants l’attendant les bras ouverts comme s’il avait été

Le Bon Dieu en personne revenant sur sa terre promise où lorsqu’il était jeune

Portait des culottes courtes et un cartable troué, sans parler des représentants

Officiels et officieux des organes de presse, toutes prêtes, inutile de le préciser ici,

À médire sur cet homme d’une intégrité à nulle autre pareille.

Le printemps dernier, t’en souviens-tu, dans le jardin nous avions invité Thomas

À une partie de « cerises/cerises », autour d’un livre que nous venions d’éditer

Et dont nous fêtions alors le succès fou. Seulement, Lara n’était pas bien ce jour-là,

Elle virevoltait dans la maison, passant d’un fauteuil à l’autre sans trouver sa place nulle part.

Son amie Amélie que tu ne connais pas et c’est tant mieux, est passée un jour chez nous

Avec un camarade de classe. Elle nous l’avait présenté comme un créateur en herbe,

Plein de l’envie de réussir. Pour quelques milliers de francs de l’époque il nous a créés

Un objet fabuleux que nous appelons tous, je ne sais pas pourquoi :  » goutte à goutte « ,

Il fait dans le jardin le meilleur effet. Nous avons eu droit aussi à une autre œuvre,

Très sympathique aussi, nous l’avons offert à Martha, qui vient de fêter son anniversaire

Hier soir à l’Opéra de Paris. Nous n’avons pu y aller, nous avions un dîner ailleurs.

Je veux te faire part d’un événement capital survenu dans notre charmante demeure,

Je t’en informe afin que tu ne sois pas surpris si par hasard tu venais nous rendre visite.

Jeanne vient de commencer une collection de pots de chambre qu’elle chine

Dans toute la région. Nous avons installé ces objets dans une partie du jardin,

Un endroit situé à droite des poubelles, c’est très original, on ne voit pas ça partout…

À part tous ces événements forts inquiétants, la vie suit son chemin de travers,

Et il m’arrive parfois de quitter ce beau monde pour aller me ressourcer

Dans le près d’à côté, celui de Tatisse et Édouard, qui depuis leurs morts est en friche,

C’est désolant, quand on pense aux merveilleux moments que nous avons partagés

Avec eux de leur vivant, du temps de Papy et de Mamie. Quant à notre petit coin à nous,

Il n’y a rien à en dire de particulier si ce n’est la bouche des pompiers qui est en panne

Ça suinte un peu du côté de l’impasse, rien de bien grave, mais voilà trois mois

Qu’on réclame réparation auprès des services appropriés sans avoir gain de cause.

Patchwork (cliquez ici)

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s