Travailler d’abord et apprendre ensuite…

120

Et voilà, dans cette lecture que je fais, les lieux de travail devenant des maisons pour des stages,

À l’intention de tout enfant le demandant pendant les heures de fermeture de l’entreprise,

Les enfants sans limitation d’âge, même s’ils ne deviennent pas un jour les employés

De ce patron offrant ses murs à un tel projet éducatif. Illich propose d’inverser

Ce qui nous paraît à tous une évidence, il voit le gosse travailler d’abord et apprendre ensuite,

Ou mieux, en même temps. Deux mois par an d’une bonne école suffiraient, mais…

Durant les trente premières années d’une vie. Réaliste, il se pose la question des conséquences

Politiques nationales d’une telle révolution éducative. En effet, que penseraient les chinois,

Les hindous et bien d’autres si tout à coup nous mettions, pour leur bien, nos enfants au travail

À produire ce dont nous avons besoin pour vivre sans demander rien à personne.

Je m’égare, mais pas tant que cela, car se demander aujourd’hui si vivre en autarcie

Ne serait pas la meilleure solution, au moins pour un certain temps, celui de résorber

Ce putain de déficit qui nous ronge les os comme un cancer. L’école endoctrine l’enfant

Pour qu’il accepte le système politique que les enseignants représentent…

Souvent on se pose la question d’où vient la violence chez l’homme, nous avons ici

Une probable réponse : « finalement, le culte de l’école conduira à la violence…

Car il y a espérance déçue du mythe de l’école … » Et là il tape fort sur cette scolarisation

De notes et de diplômes triant les hommes comme du bétail :

Les bons d’un côté, les autres à la poubelle.

Lorsque vous ne faites pas partie de la bonne catégorie, quel choix avez-vous ?

Soit baisser la tête et tout accepter, soit vous révolter et cette révolte peut prendre

Mille formes dont le motif d’origine, l’échec scolaire, est difficilement discernable

Au fil du temps, des années qui passent. Et nous pourrons observer plusieurs décennies,

Après l’école, éclater cette haine destructrice envers le monde de la part d’individus

Ayant accumulés pendant dix, vingt, trente ans, cette douleur sans rien dire.

Mais un jour tout cela sort, il est impossible qu’il en soit autrement.

…Faut que ça change, faut que ça change, disait la chanson, mais qui aujourd’hui

Verra ce changement ? Je vous pose la question, à vous d’y répondre !

Patchwork (cliquez ici)

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s