N’ayant jamais aimé, je…

140

Perverse elle aurait bien voulu me voir à sa traine, nulle à tous les échelons,

Des mathématiques au reste, mais pas de chance, j’avais la plume alerte

Et mon intention n’était pas de baisser l’échine.

N’ayant jamais aimé, je ne peux raconter une histoire d’amour, alors, il faudrait que j’invente

Ce que je ne connais pas, mais quel lecteur sera assez naïf pour ne pas découvrir

La supercherie, je crains fort de mettre ainsi en danger mon avenir, ma carrière d’écrivain.

« La joie de vivre » était une boutique toute simple, moins poétique que son nom ne le suppose.

On y vendait des frigos, des machines à laver et d’autres électroménagers,

Dont la télévision qui commençait à occuper les gens. Là, après mes études,

J’ai fait mes classes dans le métier de la vente à domicile, fallait pas chômer, fallait y aller,

Car j’étais payé à la commission. Alors, j’y allais franchement, prospectant

Ces immeubles récents des années 60, tous pimpants neufs, avec un ou plusieurs ascenseurs,

Et à chaque étage beaucoup de portes attendant ma venue. Des affaires,

J’ai dû en conclure quelques une, pas beaucoup, un peu, mais j’ai laissé tomber ce job,

Pour me consacrer entièrement corps et âme au métier d’acteur de complément

Dont je vous parlerai plus tard, si le temps me le permet…

Nous avons cru saisir au début de nos investigations, sa volonté de remettre

La psychanalyse sur pied, mais jamais, à notre connaissance, jamais l’idée d’apporter

Sa pierre à l’édifice de la littérature ne lui traversa l’esprit. Lorsqu’on regarde de plus près

Son œuvre, nous constatons que de tous les moyens d’expression qu’il avait choisis,

La sculpture des sucres d’abord, la peinture, la photo, la vidéo, l’écriture enfin,

C’était toujours dans le même sens qu’il s’était donné à son art : le sens de la recherche.

Bien entendu, dans le magma des documents trouvés, beaucoup de textes restent à revisiter,

À corriger, mais comment pouvons-nous le faire, sachant que de son vivant,

Il n’aurait supporté que l’on touchât à ses phrases, ne serait-ce que d’une virgule,

Même si souvent il y avait de sa part, à un certain moment du moins, une demande d’aide

Auprès d’amis ne sachant comment traiter cette attente. Si pour lui, tout tournait

Autour d’un seul objectif : dire ce qu’il avait dans le cœur, des combats lui paraissant capitaux

Pour la survie de la société humaine dont il faisait évidemment partie, il n’en restait pas moins

Que c’est bien par l’écriture qu’il nous apporta l’essentiel de ses découvertes…

 Patchwork (cliquez ici)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s