Tu traînes dans les rues…

167

La nuit, comme les rats, tu traînes dans les rues, tu marches, tu es somnambule.

La vie moderne n’apprécie pas de tels comportements. Pour être un homme, un vrai,

Il te faudrait fixer l’horizon, être tenace et avoir envie de marquer ton existence

Pour ne pas devenir un laissé-pour-compte, un gars qui arrive toujours trop tard.

Toi, tu es brisé d’avance, tu n’as plus besoin de rien, même tes amis se sont lassés,

Ils ne frappent plus à ta porte. Tu ne veux pas être confronté à eux,

Tu te protèges de tout affect, de toutes difficultés

En te repliant dans ce cube où la nuit tu restes étendu à regarder le plafond

Juste avant de sortir comme un zombi pour te mêler à la foule des Grands Boulevards,

Pour marcher, ne faire que cela, marcher. Ta métamorphose n’a rien à voir

Avec celle de Kafka. Tu as l’impression d’avoir toujours été ainsi.

Pour la unième fois la question du bien-fondé de ce travail sur Illich se pose à moi.

Me permet-il de dire ce que j’ai dans le cœur en suivant scrupuleusement les chapitres du livre

(Œuvres complètes – volume 1) ? Oui et non, vous dirais-je volontiers, car ainsi va

Le chemin de croix de celui qui veut dire la vérité, ou du moins le prétend. Vanité de vanité…

Heureusement mon objectif n’est pas de ce côté-ci, il est de vouloir apporter

Un autre regard sur les choses de la vie. Alors, qu’aurai-je à dire d’essentiel sur l’école ?

J’aimerai faire prendre conscience qu’après l’enseignement obligatoire, il y a la vie normale

Et aujourd’hui elle peut durer longtemps, puisque nous pouvons vivre jusqu’à 100 ans

Sans trop de difficulté… Quoi que … Mais bon, laissons cette question pour plus tard.

Cette période, allant de la fin des études à la fin de la vie, sera à l’image

De ce qui a été vécu à l’école. La psychanalyse nous a convaincus de l’importance de l’enfance

Sur la vie de l’homme adulte, alors pourquoi la vie scolaire n’aurait-elle pas le même effet

Sur le comportement humain ? Tout doit être mis en œuvre pour préparer l’enfant, l’adolescent

À avoir le meilleur de l’existence. Mais le meilleur de l’existence c’est quoi ?

Et d’abord, de ne pas être dégouté de ce que l’école a voulu inculquer à l’enfant,

Je veux dire la lecture, l’écriture, la culture, ce qu’il y a dans les livres, les revues,

Les journaux, les musées, les cinémas, les théâtres, et mille autres choses

Dont je ne vais pas faire l’inventaire ici pour l’instant. L’école ne doit pas faire de dégâts,

Et en disant cela, je pense aux restaurateurs de tableaux, ils remettaient jadis

Des couches et des couches de produits sur l’ancien pour faire du neuf, aujourd’hui

Ils essayent de ne pas abimer ce qui était à l’origine sur la toile, ils y vont

Avec légèreté et respect… Voilà l’éducation de demain : légèreté et respect.

 Patchwork (cliquez ici)

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s