Pourquoi avez-vous écrit…

173

Tu cherches mentalement un endroit, un lac ou n’importe quoi de liquide,

Seulement il n’y a rien, sinon un gros coussin étouffant cet intellectuel que tu es.

Devant l’écrivain allant bientôt mourir, le journaliste posa cette question fondamentale :

 » Pourquoi avez-vous écrit, était-ce pour vous connaître vous-même ? « 

Monsieur Tach le regarda un moment sans répondre, lorsqu’il ouvrit un placard

Contenant des dizaines de manuscrits non encore édités.

L’homme de presse se mit à calculer le nombre de livres que cela ferait

Et à tout l’argent à tirer d’un tel trésor. On sut par la suite l’énorme intérêt de l’éditeur

Albin Michel devant une telle manne, il programma la sortie de cette oeuvre

À compte-goutte et produite par un homme dont la célébrité internationale

N’était plus à faire. Détendu, il fit quelques confidences sur sa précocité à écrire,

Il entra dans les détails, mais les détails ennuyèrent le journaliste qui finit

Par ne plus écouter son interlocuteur, il fixait d’une façon obsédante l’armoire

Pleine de feuilles, elles-mêmes, pleines de mots, objets de tous nos malheurs,

Pensa-t-il bêtement… Puis, lui revint à l’esprit cette période sombre de la guerre

Où les activités de notre écrivain étaient troubles, et comme son métier de journaliste

Consistait à poser des questions, il en profita, mais eut cette réplique en retour :

 » Oui, je me souviens avoir mal mangé ces années-là…  » Voilà pour ta pomme !

Comme quoi lorsqu’un homme de parole décide de se taire,

Vous pouvez toujours essayer de le faire parler, vous n’aurez rien.

Tu as dormi, tu n’as plus sommeil, tu cherches derrière toi ce qui a pu se passer.

À l’horizon tu vois, tu crois voir, mais il est trop tard, on ne refait pas deux fois la même prise.

Mais cette remarque n’est pas de toi, elle te revient d’un autre temps, tu n’as pas la force,

Le courage d’y aller voir de quoi il en retourne, et toujours ce POURQUOI donnant le vertige,

Tu ne sais pas la réponse pour calmer tes sens, effacer ta mémoire.

Ma mauvaise santé est grandement fautive, elle m’empêche de m’engager

Vis-à-vis des autres, mais grâce à Dieu, qui n’existe pas, elle ne m’a pas gâché la vie,

J’ai profité de cette chiotte pour « Créer mon oeuvre ». Comme un grand, je me console,

Me disant que peut-être un jour des gens me liront ou verront mes tableaux avec plaisir…

La psychanalyse s’adresse à tous, même aux biens portants.

Elle est avant tout un travail. Un moyen d’accéder à la connaissance de soi.

Elle ouvre les portes, les yeux, l’esprit. Elle donne de la force à qui en manque…

 Patchwork (cliquez ici)

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s