J’avais un ami qui était peintre…

245

À l’époque où elle m’est apparue, j’en avais assez de tout, je venais d’essuyer

Un échec cuisant sur le plan théâtral, j’étais dérouté, je ne savais plus trop quoi faire.

J’avais un ami qui était peintre et qui a fait une époustouflante carrière

Dans le chauffage central. Il avait une belle maison en Normandie, et me voyant

Dans cet état de délabrement me proposa d’aller me reposer là-bas avec lui.

Alors, comme Bouvard et Pécuchet, nous voilà partis pour une retraite

Dans la grosse maison de campagne de mon ami.

Heureux, nous l’étions face à notre jardin, fiers comme des coqs d’en être les propriétaires,

La tête pleine de projets, de désirs d’agir sur cette nature avec ses pieds de légumes,

Ses arbres fruitiers et puis tant d’autres choses dont nous avions tout à apprendre.

Notre regard se portait sur les talus formés naturellement ou construits avant nous,

Une grotte en pierre d’un charme fou plein de poésie, et au fond, à l’horizon,

La campagne s’étendant au loin à perte de vue. Comme nous étions

Dans un champ de pommes, le soir au coin du feu, nous aimions avoir près de nous

Cette production de la région : la bouteille de calvados.

Patchwork (cliquez ici)

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s