L’amour de notre prochain…

297

Il n’était donc pas question de la frustrer quant à ses intentions,

Nous devons nous comporter dans l’amour de notre prochain

Le plus simplement, le plus naturellement qu’il soit, et comme elle,

Je me dois de me découvrir, de m’ouvrir, de ne pas me cacher,

Je me dois de me montrer tel que je suis, et s’il me plaisait

De la regarder franchement, je n’avais rien à craindre

En la regardant aussi longtemps que je le voulais,

Les barrières doivent dorénavant tomber et faire place à la liberté.

Je souriais face à ce jeu tendu d’une gamine si fraiche pour un homme

N’ayant plus de rapport avec des jeunes gens depuis si longtemps,

Et voilà que cela se présente comme lorsque j’étais étudiant,

C’était un gâteau, un merveilleux gâteau, et comme tout gâteau,

Il faut savoir le croquer à temps, puisqu’il s’offrait, dans ma chambre,

Loin des travers du monde, de ses mensonges et de ses folies.

Elle se redressa, se mit à danser comme une folle, puis s’allongeât

Le long de mes jambes habillées d’un pantalon léger d’appartement,

Je me sentis alors envahi par ce corps merveilleux

Gesticulant dans cet espace restreint.

Et pendant qu’elle déplaçait ses membres sous mes yeux pour les faire rougir,

Les faire sortir de leurs orbites, jamais mes mains ne s’autorisèrent,

Pas même une approche, tant cela était nouveau pour moi

Et mes sensations débordaient d’un trouble contradictoire auquel

Il me fallait faire face, en même temps que la réalité se présentait à moi

Comme un éléphant dans une cage d’oiseaux.

Mon attention devait obéir à mes injonctions à ne pas s’égarer,

Je devais impérativement la centrer sur les cours données par ma maîtresse,

Tout garder en ma mémoire de ce qu’elle disait et même de ce qu’elle ne disait pas.

Mon père, pas spécialement reconnu pour son héroïsme, m’avait toutefois

Inculqué un mode d’emploi pour retenir mes leçons, mais je ne peux,

Je ne veux pas ici divulguer ce secret gardé en famille depuis plusieurs générations.

Tout est clair dans mon esprit pour vous décrire par le détail les moindres évènements

De ma vie allant du jour de ma naissance au moment si merveilleux où ma plume,

Sous mon autorité, écrit ces mots sortant de cette mémoire auquel je dois tout.

Il me suffit de le vouloir pour ressusciter sans effort n’importe quel cours

Donné par ces hommes et femmes ayant consacré leur temps et leur énergie à nous passer

Ce que d’autres leur ont appris dans des circonstances identiques à la mienne.

Patchwork (cliquez ici)

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s