Ivan Illitch dit…

315

Ivan illitch dit : « Le révolutionnaire de la culture mise sur le futur ». Peut-on penser un futur meilleur

Pour nous ou nos enfants ? Meilleur, je ne sais pas, car meilleur veut dire demain sera

Mieux qu’aujourd’hui, alors que l’on se trouve dans une situation des plus précaire.

Lorsqu’on sait l’état de ce monde, ne nous voilons pas la face, le chaos n’est pas loin.

Illich soulève aussi la question des possibilités des minorités à réussir dans le milieu scolaire,

Tout le monde sait ce qu’il en est, mais tout le monde se tait. Paradoxe de paradoxe,

Notre gouvernement vient de repousser les premiers stages à 15 ans alors qu’ils étaient

À 14 ans depuis quelques années. Je pense qu’il faut cesser de se voiler la face,

Certains enfants, beaucoup peut-être, ne sont pas faits pour cette école-là, il faut trouver

D’autres moyens, d’autres lieux plus appropriés à leurs situations familiaux

Et psycho-économiques-sociales, lieux leur permettant de se réaliser vraiment

Plutôt que de les laisser végéter, histoire d’avoir bonne conscience et les laisser

Loin du marché du travail, trop encombré déjà sans eux. Ces jeunes sont confrontés

À des échecs scolaires à répétition et cela depuis le premier jour de leur présence

Au sein de ces établissements…C’est là la principale raison de mon désir de remettre en cause

« L’école de la République » dans son ensemble… comme lui l’a fait, en son temps,

Pas si lointain. Ivan Illich nous parle des sommes de plus en plus importantes consacrées

Par les pays pauvres à l’éducation, mais cette question doit-elle être posée dans nos sociétés

Riches, pas si riches en fait, si l’on considère le déficit exorbitant qui ruine gravement

Les fondements mêmes de nos pays dits développés. Pour détendre l’atmosphère,

Je vous propose cette image qu’il donne de l’école : « L’école est comme un habile escroc

Qui aurait vendu un billet pour un strapontin d’autobus… qui n’irait nulle part. »,

Autre image : « Tel pays fait songer à une personne qui serait au bord du suicide

Parce qu’elle aurait abusé de tranquillisants », c’est d’une actualité donnant le frisson…

Dans son film « Les enfants », Marguerite Duras fait dire à son écolier qui ne veut plus

Mettre les pieds à l’école : « Je ne veux plus y aller car là-bas on veut m’apprendre

Des choses que je ne connais pas« . Lors d’une interview, elle insiste beaucoup sur cette phrase

Et dit qu’il faut la penser sérieusement. Que veut-elle exprimer par là ?

Patchwork (cliquez ici)

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s