Ils allaient parfois au bord de l’eau…

basquiat22

Le soir, ils allaient parfois au bord de l’eau, il lui confiait son agacement

À l’endroit de cette mère se comportant comme une infirmière avec lui,

Alors, il aurait voulu fuir avec elle, partir, se dégager de cette emprise…

Elle, entendait son appel, et pour le distraire s’amusait de tout et de rien,

Ils étaient tels deux bons copains à la sortie des classes.

Quelquefois ces jeux prenaient un tournant étrange, à la limite violent,

Ils se roulaient sur l’herbe comme n’importe quel couple, mais très vite

Il ressentait une peur soudaine, une angoisse le paralysant de la tête aux pieds

Et le jeu devait s’arrêter immédiatement au risque de provoquer chez lui

Une crise pénible. Le temps passa ainsi, puis vint le jour fixé pour le mariage.

Prévenante, la tante Raquin prit sa belle-fille à part et lui raconta l’histoire de toute sa vie

Sse soucier si c’était le moment, le lieu pour ça, elle avait éprouvé le besoin

De vider son sac avant de donner son fils.

Thérèse écouta poliment le discours de la vieille et le soir de noces, après la fête,

Elle alla rejoindre son mari dans son lit, rien de plus. Le lendemain,

Ils descendirent avec le même visage chacun, celui de la veille, des jours, des années

Ayant précédé ce passage devant monsieur le maire. Mais huit jours après,

Le marié s’approcha de sa mère pour lui faire part d’une envie d’aller s’installer ailleurs.

 Patchwork (cliquez ici)

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s