Pris de passion…

basquiat64

Déjà, je devais pressentir que du point de vue de la maladie,

J’allais dérouiller, alors, je me suis pris de passion pour cette chose-là,

Une passion qui ne m’a jamais quittée depuis.

Ici, le psychanalyste Anzieu prend Beckett en otage pour entrer dans le trouble du théâtre

Et trouver avec les mots quelque chose à pondre,

Plutôt que de rester dans le silence comme tout bon psychanalyste qui se respecte.

À vrai dire, il fait comme moi, il se promène.

Un jour, l’idée peut vous prendre de vouloir venir en aide aux autres

En devenant psychanalyste. Vous y avez pensé quelques fois

Sans jamais oser faire le premier pas, puis vous tombez sur ce livre où ce Didier-là

Vous dévoile certaines faces cachées de son métier.

J’ai l’impression qu’il doit arriver très souvent qu’un transfert vienne gâcher

Votre élan d’homme voulant être utile, pour se transformer rapidement en

Une relation conflictuelle, malsaine avec votre client et frôlant les limites de la médiocrité.

Alors, votre velléité de vouloir sauver la terre entière en prend un coup, ce malade, ce client,

Ce pékin qu’on ne connaît ni d’Eve ni d’Adam, rapidement, va vous jeter

À la figure les déjections que personne dans son entourage ne veut, et pour cause…

C’est là qu’intervient le contre-transfert. Vous êtes obligé de lui renvoyer

À votre tour, je ne sais quoi exactement, je n’ai pas bien compris, mais

Enfin tout ça, ce n’est pas bon pour le moral des gens fragiles comme moi.

 Patchwork (cliquez ici)

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s