La nostalgie…

untitled-82-skull

L’homme avait toujours l’oreille attentive aux maux des autres,

Les encourageant même à formuler leurs désirs, leurs besoins, leurs volontés.

Malgré son grand âge, il ne disait jamais qu’hier était meilleur qu’aujourd’hui,

La nostalgie donnant vers le repli sur soi n’étant pas son genre, il écoutait plutôt

Très attentivement les discours de chacun avec attention, bonté et humilité.

Nos vieillards habitaient un petit logis bas de plafond, un feu allumé en permanence

Les chauffait, car avec le temps, ils devenaient frileux.

Prévoyants, ils avaient une réserve de paille impressionnante dans une pièce

Affectée à cet effet, mais pour éviter de perdre le bénéfice de leur bonne chaleur,

Ils n’ouvraient que trop rarement les portes et les fenêtres de leur logement pour aérer :

Leur univers devenait de plus en plus étouffant et dangereux pour leur santé.

Des tableaux anciens étaient accrochés aux murs, dont deux portraits représentaient

L’un un homme d’Église et l’autre un homme d’État, puis des dessins un peu partout

Décoraient la modeste demeure de notre petite famille. Curieusement,

Leur chambre rassemblait une multitude de caisses contenant un bric-à-brac pas possible

Récupéré ici ou là, et puis des sacs de semences à planter un jour ou l’autre dans leur jardin.

Des maîtres aux serviteurs, des préparations culinaires nourrissaient l’ensemble

Des gens de la maison, qui, pour les remercier, friponnaient sans vergogne les uns les autres

Dans les champs à tel point qu’il était difficile pour Pulchérie d’y aller sans avertir

Longtemps avant son arrivée… À la vérité, tout le monde, se sentait comme chez lui ici,

Et non chez des patrons. De la lutte des classes, les basses gens de notre domaine

N’en avaient cure, ils faisaient ce qu’ils voulaient et même parfois ne savaient

Où placer les limites, usant et abusant de la gentillesse de leurs seigneurs trop laxistes,

Ils profitaient du bois abattu des arbres pour construire leurs propres maisons dans des coins

Bien tranquilles, loin de tous, créant ainsi du bonheur à leurs familles sans frais.

  Patchwork (cliquez ici)

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s