Un certain temps, j’ai su aimer …

Capture d’écran 2015-11-25 à 06.27.18

(Tableau de  Mikhaïl Chemiakine )

Non, je considérais la solitude comme inéluctable, « l’autre », le fameux autre

N’est qu’une illusion, tout le monde le sait, mais tout le monde se tait.

Pendant un certain temps, j’ai su aimer des personnes pour des raisons

Qu’ici je préfère taire, mais il viendra un moment où je dirais tout,

Car sinon comment être compris à ma juste mesure ?

Parfois, voyant en double ce qui pourrait m’atteindre, j’imagine ces nuages

Être des cellules vivantes se divisant en deux, se multipliant à l’infini pour me coincer,

Étouffer la moindre illusion restant encore aux confins d’une âme aussi sensible

Que la mienne. J’éprouve une sensation étrange, tout cela me paraît vain maintenant

À l’heure où je vous parle, le ciel est bas, las de tout, fatigué comme je le suis,

Le monde se joue de sa toute-puissance, de colère, détruit tout sur son passage,

Par rage ou pour s’amuser, tel un enfant avec ses cubes de bois,

Les nuages s’amoncèlent d’un seul côté pour former peut-être plus tard

Un bataillon de nuages pour une pluie tsunamique. Je m’interroge sur moi,

Pour me procurer plus de souffrance que je n’en ai, avec ma mère pour support existentiel

Auquel jamais je n’ai pu me défaire pour des raisons incompréhensibles.

  Patchwork (cliquez ici)

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s