Je m’en fous…

7

Je me considère appartenant à mes lecteurs et mes succès littéraires

Dus à mon écriture acerbe dénonçant les hommes et leurs comportements,

Ce qui me valut beaucoup d’ennuis et d’ennemis, et de cela, que voulez-vous,

Je n’en suis pas maître, et puis je m’en fous. Par contre, je ne peux m’empêcher de penser

Que tout homme ayant joué un rôle important dans le monde doit laisser des traces

De son passage personnel. Je vais essayer honnêtement, à la hauteur de mes discours,

De me montrer comme je suis, évitant le mensonge, je dirais toute la vérité sur mes idées,

Sur mes sentiments. Je commencerai à parler de ma famille, de mon père

Dont le caractère a été déterminant dans la construction de ma personnalité.

Dans les Cévennes les gens parlent deux langues : l’officielle et celle du pays.

Raymond Depardon tient la caméra, deux personnages sont là dans une étable

Vide désaffectée, elle me fait penser à des abattoirs, à des camps de concentration,

Ils évoluent sur leur territoire, c’est ça leur vie, leur lien au monde.

Patchwork (cliquez ici)

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s