Apauline de Bedée…

1140558250

Apauline de Bedée était son nom, petite et laide, ma bonne mère, heureusement,

Avait pour elle ses yeux : ils étaient les plus beaux du monde.

Elle et mon père contrastaient lorsqu’on les voyait ensemble, elle toute en nuance,

Élégante, intelligente et lui, d’une rudesse de matelots, d’un calme menaçant

À faire froid dans le dos. Elle aimait la compagnie et les amusements,

Il s’adonnait à la solitude et à l’indifférence. Mais aussi forte que fût sa personnalité

Ma mère au bout d’un temps devint mélancolique malgré elle, l’atmosphère

De la maison s’assombrissait de jour en jour, même la parole lui devenait

Presque interdite, tant son homme par sa tristesse la contaminait, alors

Pour exister, elle se rabattit sur l’église, sur la religion. Lorsqu’ils se marièrent,

Tous deux n’avaient presque rien et firent le choix de s’installer à Saint-Malo.

…Et ça coupe le pain avec une main pleine de doigts dont une est enrobée d’un sparadrap,

Mais l’oeil reste toujours vif et les joues rouge sang du vin de table.

Patchwork (cliquez ici)

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s