la famille Deleuze

1141080268

J’eus pour parrains mon Jean-Baptiste de frère et une comtesse de grande noblesse,

On me nomma François, René, sans trop se faire d’illusion sur ce bout de chair

Qui venait de naître… On n’entendit même pas mes cris, le bruit de la mer

Les avaient tous recouvert de sa toute-puissance, j’étais presque mort

Lorsque je sortis du ventre de ma mère. Tout cela je l’appris plus tard, bien entendu,

De la bouche bienveillante de mes deux soeurs.

La jeune dame vouée à la succession a pour nom de famille Deleuze,

Je la regarde, rêvant y déceler l’air coquin de Maître Gilles ; non il n’y a rien,

Rien de rien, ce doit être une autre branche de l’arbre de la famille Deleuze.

Patchwork (cliquez ici)

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s