Psychanalyse avec Lacan

generar_img-3

J’apprends, à la page 273 du livre d’Anzieu, qu’il commence une psychanalyse avec Lacan

Et va en transcrire des bribes ici même. J’attends la suite pour en prendre connaissance …

Nous sommes en 1944. C’est la fin de la guerre. Hitler. Les Allemands. Les camps.

L’horreur de ce que les hommes sont capables de faire à d’autres hommes. Expliquer.

Depuis longtemps j’attendais le moment où je ne pourrai reculer devant cette tache

Tache d’huile, tache d’encre, dire les mécanismes qui font que l’impossible est possible.

Il se présente à moi sans pudeur aucune, comme si nous nous connaissions

Depuis la nuit des temps. Ce type a ce que j’ai le plus en horreur, il a une grande gueule

Et si vous le rencontrez, soit vous bouchez vos oreilles, soit vous vous enfuyez.

De plus, il paraît malade au dernier degré et on compterait ses dents de travers,

Tant sa bouche ouverte nous dévoile ces horreurs d’un autre temps.

Tantôt vous le verrez en forme, tantôt mourant. Mais aujourd’hui il est en lambeaux,

Sans souliers, il va, la tête basse, on est tenté de lui donner l’aumône.

Peut-être demain sera-t-il en pleine forme et vêtu comme un prince. Ainsi vit-il.

Le matin, pense à là où il déjeunera, puis après satisfaction, pense à là où il dînera,

Sans parler des tracas des nuits passées dans un grenier loué un prix qu’il ne peut plus payer,

Il va dans un vulgaire bistrot ouvert la nuit en attendant le matin.

Patchwork (cliquez ici)

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s