Chapitre 52

generar_img-6

Nous apportant notre petit déjeuner au lit, la fille nous a dit ce matin

Que nous formions un très joli couple et qu’elle nous verrait bien

Avec deux ou trois marmots…On a bien rigolé et ne l’avons pas contrarié.

Sur la terrasse où nous sommes en vacances, nous avons la chance de pouvoir être à poil,

Personne ne nous voit, alors on en profite beaucoup, car la vue directe sur la mer

Nous donne une pêche d’enfer… Les couchers de soleil, c’est comme partout,

Au bout de l’horizon, il y a comme une aurore boréale. Le soir par contre,

Ça sent les poubelles, le patron les sort après la vaisselle

Et le ménage de la salle du restaurant.

Ici, la nuit est bien noire, surtout depuis que j’ai perdu mes lunettes,

Il va falloir en commander une nouvelle paire à la rentrée, mais pour l’instant,

Laissons ces tracasseries à plus tard et profitons de ces vacances,

Avant qu’elles ne finissent. Le coiffeur du village, le malheureux, est mort subitement

La semaine dernière. Les villageois l’exposent devant son échoppe

Avec son fauteuil de travail lui ayant permis de vivre 75 années.

Il a bien profité de la vie ce salaud, disent ses voisins, je n’ai pas compris

Pourquoi ils avaient tant d’animosité à son égard, je demanderai à la fille

De l’hôtel demain matin. Ce que j’aime le plus, c’est l’esprit familial

Règnant dans ces contrées, si loin des villes polluées par la mondialisation.

Patchwork (cliquez ici)

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s